The Loop, le voyage dans le temps

C’est par une nuit d’orage, en 1955, le 12 novembre peu après 22h me semble-t-il, lorsque la foudre est tombée sur cette horloge que tout est parti en vrille…

Le docteur là, l’espèce de sympathique vieux fou, et bien figurez-vous qu’il l’est vraiment devenu. Fou. Et Foo, le Dr Foo, par la même occasion. Ce qui donne là le point de départ que j’imagine du jeu The Loop par les déjantés lascars de Catch’up Games.

J’ai un doute sur le synopsis, mais j’aime me raconter des histoires. Et d’une manière ou d’une autre vous les partager.

Bref, The Loop est un jeu coopératif où vous incarnez des agents temporels. Ces agents, les meilleurs de tous les temps (haha!), ont pour délicate mission de contrecarrer les plans du Dr Foo. Vous allez être aidé de cartes artefact qui viendront renforcer votre deck de départ. Des objets rigolos amassés au grè des époques qui vous seront d’une aide précieuse. À ne surtout pas négliger car votre équipement de départ ne suffira pas.

Une fois le matos bien en main, si je peux m’exprimer ainsi, défiez les clones du Dr Foo qui, d’époque en époque, créent des failles temporels. Colmatez les brèches (failles), remplissez vos missions et sabotez. Oui ! Sabotez encore et encore les plans du DR Foo qui ne manque pas d’imagination, via les 4 modes de jeu que propose The Loop, pour détruire l’espace et le temps. Ulysse revient…

Les couleurs du temps

Comme vous avez pu le voir, c’est une boite haute en couleur qui nous accueille. De jolies couleurs chatoyantes viennent vous caresser la rétine et vous font les yeux doux pour que vous succombiez. C’est une ruse du Dr Foo ! C’est surtout un beau parti pris graphique de Simon Caruso et de l’équipe éditoriale de Catch’up games. Perso, je suis assez sensible à ce genre de “risque”.

Les présentations, vite faite. Dedans il y a plein de carton dont les fiches missions et personnages, le plateau bien évidemment, les éléments de mission rattachés à ce dernier, des jetons, un plateau secondaire.

Des cartes (artefacts, du Dr Foo pour lutter contre le jeu et des cartes supplémentaires selon les modes de jeu, mais tout ça vous le verrez lorsque vous y jouerez) et des cubes en plastiques rouges et d’autres verts. Puis, un sac en tissu orange bien flashi.

Tout ça c’est bien beau, mais l’élément central du jeu, c’est la “mini tour” (la machine du Dr Foo). Elle combine habilement le carton et le plastique pour prendre forme. De cette “tour” dépendra le sort de vos parties. Ou presque.

Donc, le petit plus “Périglioni” de The Loop est cette tour de jeu qui se trouve être au centre du plateau. C’est elle qui distille de façon chaotique les cubes failles (rouges). On jette les cubes par le dessus et ils dévalent la tour pour se mette dans les époques concernées (jusqu’à trois chemins différents). Et d’un jet dans la tour, votre destin peut-être scellé.

“Grosse tension” comme pourrait dire le string de Kim K, pourtant pas si mal placé que ça. Mais il ne lui manque la parole.

Car, qu’on se le dise, The Loop est un jeu où la chance est omniprésente et peu clairement faire basculer dans la loose une partie qui semblait pourtant bien entamée. Si vous avez du mal avec ça, déjà vous allez tiquer et The Loop ne sera pas pour vous (allez, hop! Circulez !).

Foo Fighters !

Bon voilà, on vient de se débarrasser des “malchanceux” râleurs, donc je continue sur The Loop. Dans The Loop les agents temporels que vous contrôlez (représentés par des meeples en bois de tailles différentes mais de bonne facture) ont tous un pouvoir qui leur est propre. Ils doivent se balader d’une époque à l’autre en menant à bien différents mission tout en empêchant les paradoxes temporels (entre autres).

Lorsque 4 cubes ou plus sont présents à une époque, cette dernière créée un vortex qui rend inaccessible les cartes de cette époque et vous rapproche de la défaite. Un quatrième vortex et c’est perdu. Un “sur-vortex”, c’est à dire encore plus de 3 cubes “faille” sur un vortex existant et c’est perdu aussi. Dernière façon de perdre, l’accomplissement des trois cycles de voyage du Dr Foo. Loose ou Loop, faut choisir.

Effet loop

Dans la mécanique du jeu, rien de bien nouveau dans le passé ni dans le futur. Mais une association maligne de ces mécaniques se prêtent bien à la fluidité et. facilité de compréhension du jeu. En tant qu’agent vous devez enlever les cubes rouges (failles), les clones du Dr Foo (jetons carton) et utilisez les bonus que peuvent vous procurer les cubes vert (énergie). Ces petits cubes vous permettent d’accélérer vos déplacements temporels mais aussi de faire l’action spéciale du jeu : Le Loop.

Ce loop, vous permet de récupérer l’usage de vos cartes artefact que vous allez collecter dans votre deck au fur et à mesure du jeu. 1 Loop on dépense un cube vert, un deuxième loop, 2 cubes vert… un troisième… ? Oui, 3 cubes verts… etc. Bref, un vert ça va, trois verts, bon ben c’est déjà bien.

Cette action primordiale ne sera pas de trop pour mener à bien vos missions. Le loop permet de très jolis coups mémorable !

La fin des temps et on recommence

The Loop est un jeu léger, mais pas simple. Le facteur chaotique de la chance qui génère la mauvaise foi de certain est très présent. Oui c’est vrai, mais c’est comme ça.

Voir les cubes failles descendre cette “tour du destin” ajoute un suspense bienvenu. Surtout the Loop permet de passer un bon moment autour de la table. Il demande même parfois une réflexion sur l’optimisation de nos potentiels mouvements pour réaliser la mission et/ou éviter une cruelle défaite.

The Loop est bien fun, les cartes sont drôles. Il est dynamique et atrocement bien rythmé par une montée en puissance de nos artefacts mais aussi par la difficulté à laquelle il faut se confronter.

Enfin, bref, il m’a plu. C’est un très bon “passe” temps. Et puis si vous en doutiez, je vous invite à jeter un œil a cette superbe chaîne française, un monde de jeu, où ils expliquent très bien les finesses (parce qu’il en y a) de the Loop.

Coopératif !
Corsé
De jolies couleurs
4 missions
Un jeu nerveux
Fun
La tour !
Coopératif
Corsé (peut être démoralisant)
Tributaire d’un facteur chance très présent
Répétitif, malgré les 4 missions
 

8 Score Ludique

Parce que l'on peut faire un bon jeu pour toute la famille où chacun contribue à la réussite de la mission dans un univers coloré, et faire en sorte qu'il soit original avec des mécaniques ludiques qui ont fait leurs preuves. À ne pas "Looper"…

8
Rédigé par
Autres articles de Draft Punk

[Résultats concours] : King of Tokyo Dark edition

Après une bonne semaine de concours nous avons enfin notre gagnant du...
Read More