Thunderstone Quest : donjon, héros et monstres sont dans un deck building

Faites évoluer vos héros, armez les, visitez le donjon, venez à bout des monstres puis vaincre le boss de fin. Simple…

Et efficace ! Dans  Thunderstone Quest chaque joueur commence avec le même deck : Des héros et de l’argent, il va pouvoir le faire évoluer avec des achats et en cumulant des points de XP.

Vos sept héros vont donc pouvoir être améliorés en suivant une des quatre classes : sorciers, combattants, voyous ou clercs.

Ensuite, vous achèterez des sorts, des objets, des armes et d’autres objets permettant de faciliter la descente aux enfers dans le donjon. Plus vous descendrez profondément, plus vous aurez des récompenses et vous cumulerez de points d’expérience.

Certains groupes de monstres peuvent être plus ou moins sensibles à différents types de héros et type de combats, il faut donc que les joueurs fassent attention où ils se rendent dans le donjon, mais aussi au moment des achats pour prendre ce paramètre en compte.

L’aventure est découpée en scénario, un livre spécifique les décrit pour faciliter la mise en place. Chaque nouveau scénario vous apportera des nouvelles salles de donjons, des nouveaux monstres, des nouveaux objets à découvrir, des nouveaux trésors. Vous l’aurez compris. Le renouvellement est au rendez-vous.

“Tiens, le dungeon sonne”
– Sonny Crockett

Le tour de jeu est très simple, à votre tour, après avoir piocher six cartes, vous allez décider si vous allez au village ou au donjon.

Au village, votre  figurine sera placée sur le site qui va être visité. Ensuite, les six cartes de votre main seront abattues (dans les règles de l’art) puis résolues. On retient la somme d’or obtenue. Vous pourrez avant toute chose acheter une carte et soigner une blessure.

De plus, vous pourrez selon votre emplacement, acheter des objets : torche permettant de descendre plus profondément dans le donjon, de l’or permettant de stocker le surplus d’or lors d’un achat, ou un jeton soin qui permet de guérir d’une blessure. Sur d’autres sites, vous pourrez acheter de puissantes cartes Trésor, soigner une blessure supplémentaire. 

Si vous choisissez les chemins obscures du donjon, c’est le même schéma : vous jouez cartes sur table, vous comptabilisez cette fois-ci le nombre de torches pour vous permettre de savoir jusqu’où vous pouvez descendre. Vous comptabilisez aussi votre force de combat.

À partir de là vous savez où vous pouvez aller dans le donjon, vous résolvez toutes les salles (pièges) dans lesquelles vous passez puis vous résolvez le combat avec le monstre une fois arrivé à destination.

Vous prenez des blessures si c’est indiqué puis les récompenses : points de Xp et bonus liés à la salle et au monstre.

Une fois résolu, le monstre est retiré du jeu, et vous remettez une carte Monstre correspondant au niveau du donjon. Si vous tirez une clé, vous la mettez de côté et prenez la carte monstre suivante. Si c’est la 3eme clé c’est le début de la fin. 

Vous avez dix monstres par niveau de donjon avec chacun un niveau de difficulté différent. Il y a une clé dans le 1er niveau, le plus simple, deux clés dans l’intermédiaire et trois clés dans le niveau le plus coriace.

À la troisième clé retournée, c’est donc le début de la dernière phase. c’est l’heure d’affronter à tour de rôle le boss final, il rapporte énormément de point et est décisif pour connaître le gagnant. Une fois que chaque joueur a ces six cartes, les joueurs en pioche six supplémentaires mais n’en garde que deux parmi elles. Les joueurs devront alors terrasser le monstre avec le maximum de force. Selon les boss, vous gagnerez des points d’XP selon différents critères.

Une fois effectué, vous additionnez vos points d’xp cumulés et les points xp de vos cartes présentes dans l’intégralité de votre deck. Celui qui a le plus grand nombre est déclaré grand Khân du donjon.

« On n’a pas besoin de lumière, quand on est conduit par le Ciel »
– Donjuan de Molière

Je vous le dis tout de suite, je suis fan, c’est une trés belle surprise ! Les illustrations sont superbes, Les mille cinq cents cartes sont magnifiques, par contre, même si les miniatures sont sympa, ça manque un peu de peinture tout de même.

Quand à la boite, elle est énorme, elle pèse plus de sept kilos et il reste de la place pour les futures extensions. 

Les plateaux individuels sont bien pensés, mais sont tout de même dispensables. Ils sont d’ailleurs assez étonnants puisqu’on a l’impression qu’on peut les plier alors que ce n’est pas du tout le cas.

Thunderstone Quest est un très bon deck building alliant plusieurs ressources : l’argent, la force et la lumière qui permet de descendre dans le donjon. En effet, on doit aussi gérer le déplacement dans le donjon. Il y a aussi une notion de blessures, blessure physique qui va diminuer le nombre de carte en main et blessure magique qui va polluer votre deck.

Si les points d’expérience permettent de faire évoluer vos héros, ceux sont aussi des points de victoire, il faudra donc les dépenser avec modération.

Et la rejouabilité ? On en parle ? Ben oui, on en parle. Entre les scénarios préétablis, le mode Epic et le mode campagne, on fêtera le 100ème numéro de l’encephalo avant d’avoir fait toutes les combinaisons possibles avec toutes les tuiles de terrains, de héros, d’armes de sorts d’item, de créatures et de gardiens, c’est pour vous dire !

Petit bémol tout de même sur les règles pas très intuitives, le manque d’index n’aide vraiment pas à retrouver nos petits.

Back to the Dungeon

Sachez qu’un financement participatif pour une deuxième édition sur Kickstarter s’est terminé en août avec une livraison au mois d’avril 2019.

Cette deuxième édition intégrera un mode solo et un mode coopératif et également une 6e aventure What Lies Beneath. Tout sera disponible en Print and Play sur le site de Thunderstone.

Il sera possible d’acheter uniquement les nouveaux éléments sous forme d’une extension, reste plus qu’à la trouver ! 

L’article sur Thunderstone Quest est paru dans le numéro 14 de l’Encéphalovore (à télécharger ici).

 
Intérêt ludique 8

Notre avis : Un gros deckbuilding nerveux et calculatoire aux options et aux scénarios pléthoriques. Un peu long et en anglais pour le moment, Thunderstone Quest bénéfécie d'ores et déjà de plusieurs extensions outre-atlantique. Un jeu pour aventuriers téméraires sans nul doute.

8
Rédigé par
Du rab de Draft Punk
Les Kassos, la déchéance de nos héros de jeunesse
Voici que vient de débarquer dans les librairies, une sorte de spin-off...
Lire la suite