Waggle Dance, Et bien dansez maintenant !

Entrez dans la danse (clap-clap). Les soucis n’ont pas de chance.
La partie commence (clap-clap).
Ça c’est Waggle Dance ! Ça c’est Waggle Dance !
(air connu)

Waggle Dance boardgame

Dans la vraie vie, tout comme dans Waggle Dance, les abeilles sont des animaux fabuleux. Outre que de produire le délicat miel qu’un « ourson » en tee-shirt rouge (tellement lent qu’on a l’impression qu’il est toujours défoncé) avale par pots entiers sans partager, ces insectes fascinants vivent en société et travaillent en parfaite harmonie avec leurs semblables afin d’établir une ruche au développement durable.

Dit comme ça, ça fait super écolo, et tout compte fait ce n’est pas pour me déplaire. Bref, si seulement nous pouvions nous inspirer un peu plus des abeilles…

En attendant, Mike Nudd, a eu la bonne idée de les exploiter et de s’en inspirer, lui, pour un jeu de société. Et bien lui en a pris car Waggle Dance est une surprise aussi agréable que le goût du miel sur une faisselle nature (l’ensemble n’est pas mauvais du tout sachant que, contrairement à Aurélie notre correctrice qui n’aime aucun des deux, je n’aime pas la faisselle).

Je vois des abeilles

Première chose qui frappe pique, dans le bon sens du terme, c’est la qualité visuelle de la boîte de Waggle Dance. Pour ma part, je trouve cela très beau. Coloré comme une chaude journée printanière, les graphismes polygonaux (et particuliers) de Mateusz Szulik sont une invitation à l’ouverture de la boîte. Ce que nous avons fait sans tarder, vous imaginez bien.

Waggle Dance, c’est plein de couleur donc mais aussi de dés (représentant vos abeilles). Ajoutez des cartes aux fonctions différentes, des « kubenbois » représentant le nectar des fleurs, des disques en bois blancs qui représentent les œufs des futures abeilles qui viendront renforcer votre équipe de départ, constituée de 6 apidés.

On trouve ensuite parmi les cartes, certaines qui feront office de plateau immuable car il détermine l’ordre des actions et des résolutions possibles en cours de jeu. Toujours dans le même ordre. Puis d’autres cartes, dites « reine » qui vont vous permettre d’obtenir quelques faveurs ou de faire quelques coups bas (mais jamais méchants) à vos collègues des autres groupes (vos adversaires).

À Waggle Dance on peut jouer de 2 à 4 joueurs. Il n’y a que très peu de réglages à effectuer en début de partie pour adapter le jeu en fonction du nombre de joueurs. Chaque joueur est donc à la tête d’une essaim d’abeille qui doit, avant les autres, réussir à produire une quantité de miel définie au début.

Les abeilles sont représentées par de petits dés forts réussis, puisque les points sont en forme d’alvéole et que le « 1 » est le dessin d’une abeille. C’est du plus bel effet aussi.

Let’s dance !

Une fois appréhendé ce matériel, qui n’en fait pas trop, le jeu peut s’amorcer et vous verrez que c’est très simple et incroyablement riche.

On désigne un premier joueur, et ensuite le tour est lancé. Un tour se divise en deux phases : jour et nuit. Pour simplifier, le jour on fait bosser les abeilles et la nuit on résout les actions de leur travail (placement).

Exemple d’une journée type d’une abeille dans Waggle Dance : le jour se lève et chaque joueur lance ses dés abeilles. Chaque numéro indiquera une position qu’elles pourront occuper ou des actions qu’elles pourront faire avec une consœur en cas de double.

Certaines cartes du plateau ont des emplacements qui vont de, ô grand hasard, de 1 à 6. il faudra donc placer une abeille sur un place libre correspondant à un numéro du dés. On peut donc de cette manière, construire une alvéole supplémentaire dans sa ruche, créer un œuf, faire du commerce (échange de nectar ou d’œuf) ou se placer pour obtenir une faveur de la reine (une carte bonus). Attention cependant les places sont chères !

Dédé l’abeille

Si vous obtenez un double, vous pouvez utiliser ces deux abeilles pour : soit faire éclore un œuf, faire des échanges de nectar d’une alvéole à une autre ou pour produire du miel dans une alvéole contenant 4 nectars d’une même fleur (d’où la nécessité de se réorganiser via l’échange).

Des fois que vous n’ayez pas de double ou que toutes les places intéressantes vous sont passées sous le nez vous pouvez (et devez parfois) aller récolter du nectar sur les fleurs. Il y a 6 fleurs différentes numérotées de… allez, je vous laisse deviner. Et vous pouvez donc y envoyer vos courageuses butineuses.

La nuit, une fois que les chats sont gris, on va résoudre les actions des cartes où nous avons placé nos abeilles. Chaque joueur va faire les action dans l’ordre prédéfini des lois de la nature dictées par les règles.

On construit une salle, on peut fait éclore nos petits, on récolte le nectar,… etc… et les abeilles rentrent toutes au bercail afin de pouvoir commencer, avec un autre premier joueur, une nouvelle journée de labeur.

Ça tournera ainsi jusqu’à ce qu’un joueur atteigne le nombre d’alvéoles pleine de miel fixé au départ de la partie.

Waggle Dance est sans conteste, un gros coup de cœur comme j’en ai eu un avec l’excellent Corto. C’est simple, bigrement efficace, joli et ça fait chauffer les neurones (mais pas trop).

L’article sur Waggle Dance est parue dans le numéro 4 de l’encéphalovore (à télécharger ici).

 
8

Waggle Dance serait, comme dirait l’autre, parmi la tonne de jeu qui sort depuis plusieurs années, une goutte de miel dans un litre de plomb. À butiner d’urgence.

8
Rédigé par
Du rab de Draft Punk
Yamataï, défriche et des maîtres
Yamataï est une création du désormais prolifique (et « bankable ») Bruno Cathala (qui...
Lire la suite