Dragon Castle, Le mah-jong revisité

Dragon Castle (Horrible games), sous l’impulsion de Lorenzo Silva, remet au goût du jour le Mah-jong tout en respectant l’essence même de son vénérable ancêtre.

Avec un matériel qui fait envie, Dragon Castle a clairement une tuile à jouer auprès des passionnées du Mah-jong comme des néophytes.

Selon Wikipedia le Mah-jong est déjà l’évolution de différents jeux de cartes et de dominos de la Chine ancienne. Ce jeu toujours très populaire en Asie existe depuis, à la louche (parce que les expert ont du mal à déterminer sa date de création), le dernier quart du XIXème siècle.

Toujours est-il qu’en occident, on le voit peu sauf sur des versions dématérialisées et souvent médiocres. Pourtant il à suffit à Lorenzo Silva accompagné de Hjalmar Hach et Luca Ricci, pour dépoussiérer le vénérable jeu et en faire Dragon Castle.

Dragon Castle reprend les principes fondamentaux de son illustre aïeul avec quand même, quelques nouveautés.

Dragon Castle, ça va de paire

Pour vous mettre globalement dans l’ambiance thématique, le château d’un seigneur, jadis puissant, tombe en décrépitude. Vous, et vos adversaires, opportunistes comme un joueur de foot italien dans la surface de réparation, allez essayer de tirer profit des ruines pour bâtir votre château.

Le château “en ruine”, représenté par un amas de tuiles savamment organisé (plusieurs schémas disponibles), est au centre de la table. Il sera l’endroit où les joueurs vont se servir pour récupérer des tuiles et ainsi construire leur propre édifice.

Chaque joueur possède devant lui un plateau où il pourra déposer les pièces qu’il récupérera de la ruine centrale.

Il y a trois actions possibles durant votre tour. Primo, vous récupérez deux tuiles jumelles (comme au mah-jong). Secundo, vous pouvez aussi n’en choisir qu’une (de tuile) ainsi qu’un “toit” ou “sommet” de temple que vous disposerez dans votre réserve sur votre plateau personnel. Et “in fino”, la dernière action possible est tout simplement de supprimer une tuile du plateau (défaussée) et prendre un point de victoire. La seule règle importante à respecter est de prendre toujours une tuile placée au sommet du château.

La tuile et le toit

Lorsque vous récupérez des tuiles vous devez les placer avec stratégie (en combinant au minimum 4 couleurs identiques) sur votre plateau. Ainsi, vous pourrez commencer à construire le votre et marquer des points. C’est très malin et ça demande aussi pas mal de réflexion. Attention, en fin de partie plus votre château est haut (dans les nuages) plus il vous octroiera de points.

On rentrera dans les détails, notamment avec les cartes “Dragon” et “esprit”, un de ces quatre dans le magazine. Mais si vous êtes amoureux de la réflexion et du beau matos, il est fort probable que Dragon Castle trouve sa place dans votre ludothèque.