The big book of madness – le Ludocromicon

Alors si Iello croit qu’un ou plusieurs livres peut contenir toutes les folies du monde et bien, sachez qu’ils ont vu juste !

Prenez un livre de religion, par exemple, et «contemplez plus de 2000 ans de haine». Heureusement pour nous, le jeu Big Book of Madness nous invite à vivre une expérience de magie ludique ensemble … et pour le bien, ou presque, de tous.

Vous pourriez vous appeler Larry «Cole» Porteur, fréquenter une école de magie et vous rendre compte que vous n’êtes qu’une tâche en ésotérisme… et pourtant. Et pourtant vous êtes cet élève là. Alors qu’une coupure électrique vous empêchait de voir la dépaysante émission « les Marseillais dans les Bouches-du-Rhône », vous décidâtes, avec vos potes, d’aller dans la bibliothèque interdite et vous ouvrîtes le livre que l’on vous a pourtant interdire d’ouvrir. Ce qui normalement (l’ouverture d’un livre) n’aurait jamais dû arriver vu vos passions télévisuelles.

Mais comme il faut un scénario, nous dirons qu’il en fût ainsi. Et comme nous voulons éviter tout problème avec diverses autorités religieuses, nous diront que ce livre fictif renferme, telle une prison de velin, des monstres plus affreux les uns que les autres.

Vous venez de faire une belle et grosse connerie et pour éviter d’être privé de dessert vous allez devoir renvoyer tous les monstres échappés dans ce maudit livre dans ses pages infernales. Heureusement vous êtes magicien. Malheureusement vous êtes une quiche en magie. Là, je vous livre la version longue du scénar’, que j’ai pris soin d’ailleurs de corriger un peu afin d’être le plus honnête avec vous et vos capacités. Big Book of Madness nous propose donc une aventure magique et coopérative avec une mécanique relativement simple de Deckbuilding. Nous avons déjà maintes fois parler de deckbuilding. Professeur Cortex se fera une joie de vous le ré-expliquer un de ces quatre. En gros vous allez devoir constituer votre paquet de cartes au fur et à mesure du jeu. Mais une fois de plus je ne vais pas m’attarder sur les règles du jeu.

Tout en carton

Dans Big Book of Madness, les cartes que vous allez surtout manipuler sont des cartes «éléments». Sortes d’ingrédients pour pouvoir lancer vos sorts. Vous allez en avoir plein les mains, comme les «folies», ces cartes qui viennent polluer votre main et vous retardent dans la préparation de vos sorts. Un gros regret concernant ces cartes, que l’on manipule quand même beaucoup. Pourquoi diantre un format si petit ? C’est ridiculement petit et les grosses mains moites sentiront bien le manque de confort de ce côté-là. Et je ne parle même pas des inconvénients pour les mettre sous protections plastiques  avec un format pareil. Malgré cette mauvaise expérience utilisateur, rien ne nous empêche de jouer.

La suite de l’article sur The Big Book of Madness est à lire en intégralité dans le numéro 8 de l’encéphalovore (à télécharger ici).

 
Rédigé par
Du rab de Draft Punk
Piratoons, Les petites tuiles font les grands bateaux
Oyez braves moussaillons der Piratoons ! Si vous voulez avoir un bateau...
Lire la suite