V-COMMANDOS

Jeu coopératif pour 1 à 4 joueurs pendant la seconde guerre mondiale.
Mon Améritrash préféré : simple, il ne dure pas des heures et le hasard ne fait vraiment pas tout.


L’armée allemande occupe la majorité de l’Europe et rien ne semble capable de freiner son avancée. La Luftwaffe multiplie les raids aériens contre Londres et les grandes villes industrielles britanniques. La Grande-Bretagne tient bon et se prépare à résister à une invasion qui semble imminente. Mais Winston Churchill n’a pas l’intention de rester sur la défensive. Persuadé que seules des méthodes de combat non conventionnelles permettront de porter des coups décisifs derrière les lignes ennemies, il ordonne la création d’unités d’élite aéroportées. Parallèlement, le Special Operations Executive (SOE) est mis sur pied avec pour objectif de « mettre le feu à l’Europe ». Après un entraînement intensif, ces unités vont mener des opérations audacieuses de toute nature, frappant comme la foudre avant de se replier dans l’ombre. Leurs nombreux coups d’éclat, bien que souvent méconnus, ont pesé lourd dans l’issue du conflit.

V-Commandos (final version)

Chaque joueur commence par sélectionner une carte commando (qui ont tous des caractéristiques propres) . Ensuite, les joueurs choisissent de jouer soit un objectif unique (partie rapide), soit une opération. Une opération est composée de plusieurs objectifs à accomplir sur différents terrains. Chaque tour de jeu débute par un événement qui va pimenter le tour de jeu et donc contrarier les plans des commandos. Puis chaque commando, à tour de rôle et dans l’ordre décidé par les joueurs, utilise ses 3 points action pour faire progresser l’escouade vers ses objectifs. Les types d’action possible sont somme toute assez simples : se déplacer, attaquer, ramasser des objets, déclencher un mécanisme, ouvrir une porte et même garder une action pour un prochain tour.

En fin de tour, de nouveaux renforts ennemis, entrent sur le terrain, se déplacent et attaquent. Les tours s’enchaînent jusqu’à ce que l’opération se solde par une victoire ou par une défaite.

L’image contient peut-être : 1 personne

C’est la taille qui compte !

Il y a  trois tailles de tuiles différentes dans le jeu. Outre le fait de pouvoir accepter plus ou moins de monde, elles indiquent aussi la difficulté pour se camoufler. Effectivement, plus l’espace est grand plus il est difficile de se cacher. Par ailleurs, plus la tuile est grande,  plus il est difficile de tirer sur des ennemis, ce qui semble assez logique. On vise plus facilement sur une personne dans un couloir que dans un champ !
Si V-Commando est avant tout un Améritrash, la réflexion est une condition sine qua non. avant de passer à l’action, il va falloir réfléchir, établir une stratégie pour correctement réussir la mission. D’ailleurs toutes les missions ne se valent pas, elles sont plus ou moins longues et plus ou moins difficiles, vous pourrez choisir selon les joueurs autour de la table et selon le temps que vous vous octroyer. Par ailleurs, le jeu permet aussi de rehausser la difficulté au cas où vous seriez trop bon !

V-Commandos (final version) - the 5 commandos.

Commando mais sans Schwarzy !

Je ne suis clairement pas Ameritrash. V-Commandos m’a réconcilié avec le genre : stratégique, un peu tactique, toujours pas mal de hasard, mais surtout des règles simples et qui tiennent la route. Par ailleurs, les parties didactiques sont une très bonne idée.
On le compare souvent à Zombicide, , mais V-Commando est largement moins aléatoire, moins long et tient clairement plus la route. On est devant un jeu beaucoup plus subtil et stratégique. Les évènements ne chamboulent pas totalement le jeu mais ajoutent clairement le sel qui fait la différence. L’ambiance et la thématique sont superbement intégrées.
Les mécaniques sont très bonnes, deux apportent particulièrement un plus : la furtivité, qui fait la part belle à la réflexion lors de la première moitié de la partie et l’autre moitié, c’est la baston. En effet, le tir fait partie intégrante du jeu. La gestion est d’une simplicité enfantine. 

La pression qui monte tout le long de la partie. C’est fluide, facile et malin.
V-commando est une très belle réussite : graphiquement, l’édition est superbe, la couleur sépia aide clairement au rendu global. Est-ce aussi peut être la présence de jeton à la place de figurine qui le fait passer pour plus stratégique qu’améritrash ?
Le temps est aussi un vrai plus de ce jeu car selon la volonté du joueur, il peut moduler la durée de 1/2h à 2h sans changer le plaisir de jeu et ça c’est vraiment chouette. Pour finir, on est devant une très bonne rejouabilité, une grande flexibilité quant à la durée, et de plus le nombre de joueur n’a pas de prise sur le gameplay du jeu.

– Qualité du matériel
– Durée modulable
– les Missions sont vraiment différentes et passionnantes
– Graphismes
– Rejouabilité
– Mise en place un peu longue.

V-Commandos

V-Commandos box art
Auteurs
Thibaud de la Touanne
Illustrateurs Bruno Tatti et Vincent Filipiak
Editeur
Triton Noir
Distributeur Triton Noir
Nombre de joueurs 1 à 4
Durée 60 minutes
Age
12 ans
Prix 47€


 

8 Score ludique

Mon Améritrash préféré : simple, il ne dure pas des heures et le hasard ne fait vraiment pas tout.

8
Rédigé par
Autres articles de Jude_Maw

Keyforge: L’Appel des Archontes

Forgez votre destin ! Moi qui suis devenu ludovore, faire une partie...
Read More