Dobble

Dobble est un jeu en simultané de cartes intergénérationnel d’observation et de rapidité.

55 cartes de 8 symboles…
57 symboles différents et 7 millions d’exemplaires écoulés !

C’est drôle, rapide, les règles sont hyper simples et courtes. On en redemande.
Dobble est clairement un jeu à avoir.

Ok, le jeu n’est pas tout neuf puisqu’il est sorti en 2009, mais il est trop bon et ressort encore trop souvent en soirée pour ne pas en parler.
Chaque carte n’a en commun qu’un seul symbole avec les autres cartes. A partir de là sont proposés cinq jeux différents plus ou moins sympa. Dans tous les cas, il faudra trouver le dessin en commun, la difficulté est que celui-ci est de taille différente. En plus, le cerveau ne peut analyser que les images de même couleur… Vous allez pas être bien.

Quit ou Dobble

Faisons un rapide tour d’horizons des façons de jouer  :

  • Le Puits : les joueurs se partagent les cartes. Ils en mettent une au centre et ils doivent trouver le symbole commun entre leur carte et celle du centre. Dès qu’un joueur le trouve, il le nomme et place sa carte sur celle du milieu. Dès qu’un joueur n’a plus de carte, il gagne la manche et se moque des autres, c’est important..
  • La Tour infernale : les joueurs ont tous une carte devant eux et le reste au centre. Le joueur doit trouver le symbole commun entre sa carte et celle du centre, il le nomme, pioche la carte du milieu et la place sur son paquet. Dès que le paquet du centre est vide, chacun compte le sien. Le vainqueur est évidemment celui qui en a le plus.
  • Le Cadeau empoisonné : On commence avec la même configuration que le mode précédent. Mais là on se pourrit. Dès qu’un joueur trouve le symbole commun entre la carte d’un autre joueur et celle du centre, il le nomme, pioche la carte et la place sur le paquet du joueur. Le but du jeu est d’avoir moins de cartes que les autres joueurs. 
  • Attrapez-les tous : On place une carte au centre de la table et une face de chaque joueur. Dès qu’un joueur trouve un symbole commun entre une carte et la carte de référence, il le nomme et pioche la carte périphérique. Dès que toutes les cartes ont été piochées, on recommence jusqu’à ce que le paquet de carte soit vide. Le but est évidemment d’avoir plus de cartes que les autres. 
  • Pour finir, La Patate chaude : Chaque joueur pioche une carte et la conserve, dans sa main. Dès qu’un joueur trouve un symbole commun entre sa carte et celle d’un autre joueur, il le nomme et place sa carte (ou son paquet de cartes ) dans la main de l’autre joueur. Le joueur qui récupère toutes les cartes perd la manche. Le but du jeu est d’avoir perdu moins de manches que les autres joueurs.

Ce qui va suivre va vous étonner !

Ne criez pas bonhomme de neige ! Le même symbole est généralement présent sur huit cartes , pourtant, quelques symboles n’apparaissent que sur sept cartes alors que le bonhomme de neige n’apparaît que sur six cartes. Il ne faut donc pas se focaliser sur celui ci. Étonnant, il n’y a pourtant aucune raison à cela.

Votre vue, votre réflexion et votre voix seront mises à rude épreuve pour sortir gagnant de cette frénésie. Au début ou en fin de soirée, ça marche toujours.
En plus, ces petite cartes rondes avec la petite boîte en métal s’emmènent partout.
Je peux vous parier que cette phrase sortira régulièrement pendant le jeu : « Vous êtes sûr qu’il y a des symboles identiques entre ces deux cartes ? »

Il existe pléthore de versions, pour les jeunes, pour les geeks et pour les autres, prenez tout ou celui que vous voulez, mais pas celui des marques, par pitié !

– Jeu rapide et court
– Règles simples comme bonjour
– Une Rejouabilité sans limite
– L’extension avec les marques…

Dobble

Auteurs
Denis Blanchot, Jacques Cottereau
Illustrateur Stéphane Gantiez
Editeur
Asmodee
Distributeur Asmodee
Nombre de joueurs 2 à 8
Durée 15 minutes
Age
6 ans
Prix 14 €
 

Esclave pigiste depuis l’éternel, je suis le bras droit cassé de croque monsieur depuis 20 ans ( il sait rien faire seul !). Épicurien ludique, je prône avec le plus grand sérieux la lenteur, la beauté, l’originalité et le plaisir ludique. En tant que kubenbiste averti, j’en vaux deux. Guide spirituel du Grand Meeple, je tente de transformer des lots de dés en vain, de multiplier les cubes et de sauver l’avis de mes collaborateurs en toute modestie bien sûr.