Freedom – Le chemin de fer clandestin

freedom, jeu de société

 

«Dieu a dit : Il y’aura des hommes blancs, il y’aura des hommes noir, il y’aura des hommes grands, il y’aura des hommes petits, il y’aura des hommes beaux, il y’aura des hommes moches, et tous seront égaux. Mais ça sera pas facile. Il a même rajouter : « Il y en aura qui seront petits, noirs, gros et moches, et pour eux ça sera très dur ! » (Coluche)

Freedom et l’Histoire

Tout d’abord un mot sur l’Histoire (qui a inspiré Freedom) : En 1804, les Etats du Nord ont tous aboli l’esclavagisme. Dans le sud, ça traine des pieds. Benjamin Franklin par peur de voir le pays éclater, avance doucement. Il met en place une loi libérant les esclaves à l’âge de 28 ans.

Vers 1830 se dessine un nouveau courant, l’Immédiatisme, mouvement qui veut faire bouger les lignes et accélérer l’abolition de l’esclavagisme purement et simplement. Un réseau est mis en place pour libérer des esclaves en les acheminant clandestinement au Canada. Ce mouvement en libéra une centaine de milliers. (Le chiffre est évidemment contesté, certain rabat-joie parle seulement de 6 000). Ce réseau a un nom, le chemin de fer Clandestin. Les choses s’accélèrent et en 1861. Patatras, c’est la guerre civile. Elle finira comme vous le savez le 9 avril 1865 avec la victoire du Nord et l’abolition définitive de l’esclavagisme avec la ratification du XIIIème amendement.

C’est cette période que va couvrir le jeu Freedom : de 1800 à 1865, la fin de la guerre de sécession.

Freedom Le Chemin de Fer Clandestin n’est pas un jeu comme les autres. Il dépasse les frontières du ludique, il témoigne d’un sujet douloureux : l’esclavagisme. Il est donc rempli d’émotions. Ce n’est pas qu’un jeu, c’est un instrument permettant de comprendre et d’apprendre comment l’Amérique a aboli l’esclavagisme, comment ça a tourné en guerre civile et comment elle s’en est sortie.

Maintenant que vous êtes repus d’histoire, passons au jeu. Le but est simple. Réaliser les 2 conditions de victoire : Libérer un nombre d’esclaves défini et acquérir tous les jetons de soutien en 8 tours ou moins. 1 condition de défaite : Perdre plus d’esclaves que le nombre défini en début de partie. Attention la condition de défaite l’emporte sur les conditions de victoire, cela peut donc se jouer à peu de chose. Libérer un esclave consiste à le faire se déplacer de ville en ville du nord des États-Unis (de sa plantation) pour finir au Canada où il sera définitivement en sécurité.

Comment ça marche ?

Il y a 5 phases …

La suite de l’article sur Freedom, “le chemin de fer clandestin” est à lire en intégralité dans le numéro 8 de l’encéphalovore (à télécharger ici).

 
Rédigé par
Du rab de Jude_Maw
Big Flow et au lit ! #2
L’année dernière, nous avions repris l’idée du flowchart de Silver Oak Online...
Lire la suite