La guerre des boutons

Un jeu de gestion de dés, de majorité et de placement.

La guerre des boutons est un jeu agréable et malin un fois qu’on a passé la barrière des graphismes.

Rien à voir avec une attaque d’Acné !

Je vous ferai pas l’affront de vous présenter le roman éponyme de Louis Pergaud paru en 1912. On va plutôt se concentrer sur les créateurs du jeu. L’auteur Andreas Resch ne vous sera plus inconnu, il vient de frapper un grand coup avec Gùgong. Coté dessin, Harald Lieske s’illustre (ha ha ha !) régulièrement à travers les jeux de F. Friese et tous les Feld : Les Châteaux de Bourgogne, Notre Dame, Fabulosa Fructus, 504, Gentes.

Boutons Pressions

Alors le jeu donc, vous avez neuf dés qui représentent des sales gosses. Au début, vous en avez trois qui sont emprisonnés proche de votre cabane.
Vous lancez vos dés libres.
A votre tour vous devez en déposer un aux endroits disponibles : soit sur un des six emplacements de l’école ou une combinaison de dés sur un des trois lieux. Sur ces lieux, il ne peut y avoir qu’un joueur, il faudra donc virer le joueur précédent en mettant un dé de valeur supérieure ou un nombre de dés identiques supérieur.
Il est possible de modifier la valeur des dés ou d’en acquérir d’autres temporairement en payant en bouton(s). Ça permet de limiter grandement le fait du hasard.
Une fois les actions réalisées, on fait le décompte des lieux pour recevoir des bonus.

Comment gagne-t-on ? C’est simple, soit en ayant construit les 6 morceaux de cabanes, soit en ayant réuni 6 étoiles.

J’aurai su, je serai pas venu.

Le thème n’est pas le plus présent au monde. Le jeu reste agréable. Les parties sont plutôt courtes et dynamiques. Le nerf de la guerre Tout sera dans l’adaptation de la situation (pour l’adaptation du roman, on repassera!) : aller chercher des cartes, perdre des bonus, des boutons, partir sur la cabane ou des étoiles.
Tout le jeu est basé sur l’interaction, l’éviction des dés adverses et le mouchard (vous donne un petit malus mais permet surtout d’emprisonner un dé adverse) vous feront détester vos voisins. On ne pourra clairement pas jouer dans son coin.
Graphiquement, c’est très allemand, trop allemand ?!

– Durée de jeu plutôt court
– Rejouabilité
– Simplicité

– Graphismes moches
– Des erreurs dans la règle dans la VF

La guerre des boutons

Auteurs
Andreas Steding
Illustrateur Harald Lieske
Editeur
ADC Blackfire
Distributeur Novalis
Nombre de joueurs 2 à 4
Durée 45 minutes
Age
1O ans
Prix 45 €
 

Esclave pigiste depuis l’éternel, je suis le bras droit cassé de croque monsieur depuis 20 ans ( il sait rien faire seul !). Épicurien ludique, je prône avec le plus grand sérieux la lenteur, la beauté, l’originalité et le plaisir ludique. En tant que kubenbiste averti, j’en vaux deux. Guide spirituel du Grand Meeple, je tente de transformer des lots de dés en vain, de multiplier les cubes et de sauver l’avis de mes collaborateurs en toute modestie bien sûr.