La Horde du Contrevent, dès que le vent soufflera, nous repartira

la horde du contrevent

Ils sont 23. 23 spécialistes élevés depuis leur plus jeune âge pour atteindre un seul but : Trouver la source d’origine du Vent. Telle est l’histoire que nous conte avec brio Alain Damasio.

Se prendre un vent

Je ne sais plus si c’est Dieu ou Corneille (pas le chanteur) qui disait : « la valeur n’attend point le nombre des années » mais une chose est sûre, l’inverse de cette maxime célèbre s’applique aussi à la patience et à la reconnaissance sur le long terme.

Oui, il m’aura fallu dix ans pour découvrir enfin, le désormais classique de la littérature SF « made in France » la Horde du Contrevent. J’ai profité de la mise en avant des nouvelles maquettes de couverture de FolioSF pour tomber sur cette pépite.

Ils sont donc 23 aventuriers avec chacun une spécialité. Ils composent la Horde. La 34ème Horde.

Une Horde est créée par une espèce d’entité politique nommée l’Hordre (un « r » de part et d’autre du « d »). Cette entité entraîne et forme des spécialistes pour qu’elle puisse atteindre les origines du Vent, en Extrême-Amont.

Faisant fi des avancées technologiques des autres peuplades, leur périple – quasiment une quête initiatique – les oblige à « remonter » le vent, à pied, sans aide de machine de déplacement.

Menée par leur inoxydable traceur Golgoth — celui qui ouvre la voie — la horde passera par des obstacles dangereux, des rencontres tendres et d’autres mortelles. Mais ce qui à l’origine devait être une expédition de découverte, va devenir une aventure intérieure au sein d’un groupe, uni par la même foi et les mêmes doutes.

Cette quête sera aussi une plongée plus profonde dans le cœur des 23 « hordiers » (c’est comme ça qu’ils se nomment) dans les moments les plus difficiles de leur périple.

Le vent nous portera

Alain Damasio, que je découvre par ce récit, m’a littéralement bluffé. Il nous offre une aventure incroyable, une épopée en forme de chemin de croix racontée par chacun des protagonistes.

La Horde du Contrevent c’est ainsi 23 narrateurs, 23 différences, 23 caractères pour un seul but. Chaque intervention d’un hordier est précédée de son symbole de spécialité, ce qui facilite la lecture et permet aussi de savoir à qui on a affaire, ses pensées et quelle vision ce dernier a de l’événement que la horde traverse.

Très prenant, extrêmement bien écrit, chacun des hordiers est, au bout d’un moment, identifiable par la justesse du ton employé. Ça faisait un bail que je n’avais pas lu un récit pareil. Alain Damasio nous transporte par sa plume et nous fait entrer, tel le vent s’insinuant pour combler chaque recoin, dans une aventure humaine et initiatique.

Et nous, lecteurs, sommes happés au point que nous pourrions être le 24ème membre de ce groupe hors du commun. Tout comme ce livre : superbe !

À contre-courant ; que dis-je, « à contrevent » ; des genres à succès, La Horde du Contrevent est une vraie bouffée d’air frais dans une littérature SF peut-être un chouille trop stéréotypée encore par les sagas à forte réussite commerciale.

La suite de la Horde du Contrevent est à lire sur le numéro 2 de l’encéphalovore (à télécharger ici).

 
Rédigé par
Du rab de Draft Punk
Discoveries, frais d’expédition en sus
  Discoveries, couverte de dés Après le succès de Lewis & Clark,...
Lire la suite