Nemesis

“Me voilà cernée par ces créatures immondes. Je dois m’en sortir et protéger mes chers petits… Mais que font-ils ?!… Certains repartent, ils verrouillent la porte derrière-eux empêchant leurs autres compagnons de repartir, les laissant à ma merci ! Comment peuvent-ils ! Mais ce sont des monstres !! Revenez bande de sous-humain !”
Journal de bord de la Reine Intrus II

Me voilà à m’attaquer à un gros morceau mais qu’importe, le courage est là avec l’espoir de pouvoir vous aider à vous décider si vous hésitez à y jouer ou à l’acquérir.
Je commence par ma petite histoire personnelle. Comme je vous donne mon avis, il me paraît important de mieux me connaître (mais pas trop, ça serait gênant).
Nemesis est le seul jeu sur une douzaine au total que j’ai kickstarté sans avoir eu la moindre influence extérieure, par des amis, articles ou autres. Je ne lis jamais les règles avant d’acheter un jeu et je m’intéresse principalement :

  • au type de jeu (je ne suis pas fana des jeux de cartes, j’aime quand il y a du matériel), 
  • le thème (je suis pas fana des jeux dans l’espace <sic> et j’ai assez de jeux de train) et
  • le matériel et visuels (qualité du matériel, illustration, l’immersion … en rapport avec le thème)
  • la durée d’une partie trop longue >3h) (un jeu très long sort trop peu et les règles s’oublient d’une partie à l’autre et j’ai déjà un petit stock ainsi)
  • la durée de partie trop courte <45mn (les jeux courts n’ont pas le temps de mettre l’ambiance du thème et c’est plus facile de trouver des gens qui peuvent nous le faire tester)

Vous noterez donc que j’ai fait une exception déjà sur le thème mais c’est probablement ce qui m’a fait craqué avec la thématique alien omniprésente, un film que j’ai beaucoup aimé. Sauf qu’ici, on ne parlera pas d’alien mais d’intrus, il n’y a pas la licence qui va avec. :)
Voilà un petit moment que j’ai reçu mon exemplaire du jeu désormais et j’ai pu faire 4 ou 5 parties. Le jeu refait beaucoup parlé de lui, avec l’attente d’un deuxième KS et la distribution en boutique par Funforge.

Une précision concernant certaines photos : des éléments du jeu proviennent de l’extension Terrain Expansion d’Awaken Realms et d’impressions 3D domestique.
Vous trouverez une comparaison à la fin d’une partie du matériel.
Plateau pour 2 joueurs avec éléments 3D

Le poids du plastique

Une belle boite, carré, et bien optimisée ! Et à l’intérieur, une fois le rangement fait, tout prend sa place. Le rangement, après une partie, est facilité et l’installation de la suivante, même si assez longue, n’est pas pénible. On trouve ce dont on a besoin très facilement. 

Niveau matériel, il y a ce qu’il faut. Les pions, les cartes et bien sûr les figurines. Mais c’est probablement le premier point noir que je ferrai au jeu. Les intrus sont 2/3 fois plus grands que les humains. Sur une tuile hexagonale de salle, les intrus occupent une belle place, en sachant qu’il peut y en avoir plusieurs, accompagnées de figurines humaines. Et font-ils pour passer les portes, minuscules à côté d’eux, sans se cogner au plafond les pauvres ? Je ne vais pas plus m’inquiéter pour leur bien-être mais était-ce nécessaire qu’Awaking Realms fasse dans la démesure pour vendre ? Ce n’est pas très crédible, ils n’ont pas la place pour se déplacer dans les couloirs !

Et encore, elle ne se tient pas droite la bebête :)

Des intrus deux fois plus petits auraient déjà bien suffit pour me faire peur. Bolaji Badejo (celui qui portait le costume de l’alien en 1979 ne mesurait que 2m18 et ce n’était déjà pas pratique (vidéo).. Tant pis. De toute façon, ce sont des intrus, pas des aliens.

Le jeu 

Nemesis est un jeu qui peut se jouer de 1 à 5 joueurs. Les parties à 4 ou 5 peuvent durer au moins de 3 à 4h selon la connaissance des règles de chacun. Je ne vois pas le temps passer les 3/4 du temps mais ça traine un peu en longueur quand même quand les 15 rounds sont joués.

Le plateau joueur en début de jeu

Le principe du jeu est simple, vous bénéficiez jusqu’à 2 actions à votre tour (déplacement, tir, fouiller…), cela vous coûte des cartes. Au début de chaque nouveau round, vous revenez à 5 cartes. Le jeu se complique avec pas mal de conditions selon les résultats des dés pour les attaques, vos déplacements qui peuvent attirer les intrus, etc mais avec l’habitude de quelques parties, tout va mieux.

Quelques cartes actions du soldat. Le chiffre indique son coût d’utilisation

Les joueurs ont des rôles différents : le mécano, l’éclaireur, le soldat… avec chacun des avantages et un deck de 10 cartes attribuées (une partie de ces cartes sont communes).

Le livret de règles est lisible sans souci. Comme je le dis souvent, il est dommage de ne pas faire des index pour retrouver facilement des précisions sur des points de règles. Il existe sur internet de nombreuses aides de jeux et notamment des flux.
Je vous propose à la fin de l’article mon humble participation avec un rassemblement de flux en français pour fluidifier beaucoup de points de la règle complète du jeu.

Et donc, ça parle de quoi ?

En pleine croisière professionnelle intersidérale (sûrement pour améliorer la cohésion d’équipe), les joueurs se réveillent de l’hybernatorium suite à un incident détecté par la Google Home embarquée. A peine décongelé, vous mettez les pieds dans le reste d’un humain bien mal en point. Ça s’annonce bien…

En effet, votre vaisseau, le Nemesis (oui, comme le nom du jeu), a reçu de la visite durant votre sommeil par une espèce peu amicale sobrement appelé Intrus. Ils sont très (très) grands, pas très contents et ont tendance à être de plus en plus nombreux.  Quoi qu’il en soit, cet espèce vie en famille sur le vaisseau puisque l’on retrouve les larves, les adultes, la reine…

la petite famille (avec plusieurs exemplaires par posture pour certains)

Mais rassurez-vous, vous êtes en bonne compagnie puisque vous êtes entourés de vos compagnons de fortune… à moins que ce ne soit le contraire : inquiétez-vous encore plus…

Un jeu semi-coopératif

Chaque joueur a 2 objectifs personnels reçus en début de partie : l’un est un objectif d’équipe, l’autre un objectif de la fédération (votre patron). Cela peut être de récupérer un souvenir et quitter les lieux, tuer la reine, capturer une larve, ramener le vaisseau sur terre … ou encore de faire exploser le vaisseau (après vous être éjecté) ou d’éliminer un témoin gênant. Si certains objectifs sont coopératifs, d’autres sont donc très (très) personnels ou carrément vilains (le joueur n°2 doit mourir). Mais attendez avant de dézinguer votre coéquipier. Déjà, les intrus n’ont rien d’amicaux et leur objectif à eux ne fait aucune ambiguïté. Si vous ne prenez pas soin de vos collègues dans un premier temps, ils le remarqueront… Cela fait toujours moins de personnel pour découvrir les salles, tuer des créatures ou venir vous aider au besoin.

Une précision cependant, il ne vous est pas possible d’attaquer directement un autre joueur. Vous pouvez ne pas lui venir en aide s’il est en proie aux intrus ou lancer une grenade dans une salle vers une créature, tant pis s’il se trouve encore dans la pièce. Fermer une porte pour laisser votre camarade en tout intimidé avec un intrus est un classique. Les joueurs peuvent disposer de cartes interceptions annulant l’action d’un joueur, si vous jugez qu’il a sans doute mieux à faire. Heureusement, ce n’est pas un jeu où l’on se pourrit pendant 4h, mais juste quand il fait, au bon moment, une fois… Vous la sentez l’odeur de la suspicion ?

Vie et mœurs des intrus

Les intrus apparaissent donc sous différentes formes. Elles sont générées via les phases d’événement et peuvent apparaître lors des rencontres ou simplement grandir (les larves deviennent adultes). Celles-ci arrivent sur le plateau lors des déplacements des joueurs, cela engendre du bruit dans les couloirs et à partir de 2 jetons bruit, une créature peut apparaître. 

De nombreux rebondissement :
Les mauvaises événements de rencontre, ça arrive. Les très mauvaises aussi. A chaque tour, une carte événement est piochée et le contenu est rarement agréable. Un intrus peut arriver soudainement et faire une attaque surprise, des salles peuvent prendre feu, du matériel devenir hors-service etc.
Les objectifs des joueurs étant cachés, certaines personnes peuvent se mettre à agir de manière très personnelles en cours de partie, ça fait toujours son effet…

J’ai déjà vu ça quelque part…

Suis-je contaminé ?

Les larves, facile à tuer, ne sont pas à ignorer pour autant. Tous les intrus en cas de contact, larves comprises, peuvent vous contaminer. Vous récupérez une carte contamination qui vient polluer votre deck de cartes. C’est un moindre mal car si ça s’infecte, votre personnage peut en pâtir sévèrement. Pour découvrir si vous êtes infectés, vous devez faire une action spéciale consistant à scanner vos cartes contamination en main. Avec un filtre rouge, la carte révèle les quelques mots et on découvre le texte indiqué : si on peut y lire “‘infecté”, félicitation ! Vous serez bientôt papa (ou maman).
C’est très immersif en tout cas :) Rien que le fait d’avoir différents mots, sans sens, proches des lettres ’”infectés” est bien trouvé. Il faut lire le résultat du test que le mot soit bien écrit à deux fois :)
Il est possible de se faire extraire le rejeton à condition d’avoir découvert la salle d’opération. 

Que ce soit des œufs ou une larve que vous transportez (à la main ou…autrement), elles peuvent se réveiller en cours de partie. Une carte évènement s’appelle éclosion : inutile de vous faire un dessin.

Ça fait mal ?

Alors une éclosion, si elle vous concerne, ça ne vous fait mal qu’une fois.
Pour le reste, vous avez le droit de vous prendre 2 dégâts mineurs qui ensuite se transforment en blessure grave au troisième. Au hasard, vous recevez un malus type : perte de l’utilisation d’un bras qui vous empêchent de porter 2 objets par exemple, moins de cartes en main, coût des actions plus élevés…). Vous pouvez collectionner jusqu’à 3 blessures majeures mais certaines attaques peuvent être mortelles plus rapidement si vous êtes déjà mal en point.

Les intrus aussi ont besoin d’un psy

Une autre merveilleuse idée du jeu sont les points faibles des intrus. Mais il faut les découvrir en analysant des corps précis (oeufs, cadavre) avec le bon matériel. Les points faibles représentent un sérieux bonus pour terrasser un intrus (peur du feu, dégâts bonus supplémentaires…). Il y en a plusieurs dans la boite et seulement 3 cartes sont tirées par partie.

Le plateau intrus avec 3 cartes points faibles et le nid.

Il est possible pour les humains de s’équiper davantage en fouillant les pièces pour trouver de quoi se soigner, des munitions, des armes… ou même de quoi combiner des objets pour améliorer un équipement. Fabriquer un lance-flamme est bien pratique.

les piles objets

Tout va pour le pire

A toutes ces joyeusetés s’ajoutent le délabrement du vaisseau. Il est en mauvais état et de nombreuses pièces sont endommagées. Elles peuvent même prendre feu.

Si vous ne réparez pas un minimum le vaisseau, boom. Si vous laissez le feu se propager, boom : plus d’intrus en vie mais plus de “Vous” aussi.

Et les moteurs, parlons en des moteurs… il y en a 3 et chacun peut être endommagé ou réparé. Si au moment du saut dans l’hyperespace, au moins 2 des 3 moteurs sont HS, le vaisseau ne bougera pas. Certains de vos coéquipiers pourraient vouloir effacer toutes preuves présentes ou éviter que le vaisseau ne rentre sur terre avec sa cargaison suspecte : ils pourraient alors avoir intérêt de saboter le Nemesis. 

A gauche, un des 3 moteurs de base (2 tuiles empilées). A droite, des moteurs imprimées en 3D (avec les tuiles en dessous)

Quant à revenir sur Terre, c’est une autre histoire. Il y a 4 directions au choix et un joueur dans le cockpit peut avoir sa préférence pour ses vacances. Là encore, cela dépend des objectifs de chacun.

A gauche, l’ordinateur central d’origine. A droite, le même, en impression 3D

Condition de fin

La partie se termine au max après 14 tours, lorsque tout le monde est mort ou que le vaisseau à explosé. On contrôle alors ceux qui son encore en vie après le saut dans l’hyperespace (hibernatorium ou capsule d’évacuation), puis la destination du vaisseau et … si une larve ne vient pas faire un coucou à travers l’estomac d’un joueur infecté pendant le voyage. Tout peut encore changer jusqu’au bout et on révèle les joueurs qui ne sont pas dignes de confiance.

Alors, c’est bien ?

Le jeu est vraiment très riche en action et les règles demandent quelques parties mais tout se passe bien. L’immersion est un point fort du jeu. Les parties sont assez longues et faire un peu plus court aurait été l’idéal.
Nemesis est une réussite et je ne regrette pas mon achat. Avec le kickstarter, plusieurs extensions étaient disponibles proposant 2 autres races d’intrus différentes, elles sortiront certainement en français.

L’autre grand plaisir est l’engouement des joueurs pour ce jeu. Il existe de nombreuses participations des fans, que ce soit en aides de jeux, variantes ou plans d’objet 3D. Entre les objets comme les terminaux pour gagner en lisibilité, les plateaux plastiques pour le coté pratique ou la déco pour l’immersion, il y a le choix. Il y a même les plans du plateau en 3D pour les plus mordus ! N’hésitez pas à demander conseil, je me suis fait faire faire pas mal de pièces :) (sebastien [@] lestablesdolonne.fr)

Il existe aussi sur tabletop une communauté de joueurs pour jouer en ligne. Le jeu est très bien modélisé.

C’est en tout cas bonne manière de se rendre compte de l’appréciation des joueurs.

la version Tabletop sur Steam

Aides de jeux Nemesis

Comme promis, voici l’aide de jeux réalisée reprenant la mise en place du jeu et plusieurs flux pour faciliter l’application des règles durant la partie : aides de jeux sur BGG. Pensez à vous abonner pour les mises à jour :)
Je tiens à remercier les membres de la communauté Nemesis Board Games (France) pour leur participation, avis…

Un jeu très immersif avec un thème “Alien” très présent avec le scanner
La mécanique
Le matériel en général
La taille de la boite optimisée avec un thermoformage bien pratique
Les rebondissement en cours de partie
Les nombreux fan arts de pièces 3D pour améliorer le jeu
L’ambiance des parties avec les autres joueurs grâce aux objectifs secrets perso ou coop
La longueur des parties : un chouilla de trop
Les figurines des intrus, trop grandes et peu pratiques sur le plateau

Auteur :Adam Kwapiński
Éditeur : Awaken Realms, REBEL Games, FunForge
Nombre de joueurs :de 1 à 5 joueurs
Âge :à partir de 12 ans
Durée d’une partie :Environ 1h par joueur
Prix :120 euros
 

9 Score ludique

9
Rédigé par
Autres articles de Ago

Mississippi Queen

Mississipi Queen est sorti en 1997 et a eu le Spiel des...
Read More